Vous êtes ici :

Photo Carnaval (1)

Pays
Brazil
Photopraphe
Cia de Foto
Nom de la photo
Carnaval (1)

Photo actuelle :

1 / 3

Photo qui représente Carnaval (1)

© Cia de Foto © musée du quai Branly, Photoquai 2011

Fermer

Cia de Foto

Ancrés dans le documentaire, concernés par les questions sociales, les lascars de Cia de Foto ne signent jamais leurs images individuellement. Les thématiques des projets, mais aussi leurs enjeux esthétiques et les choix qui en découlent, sont toujours discutés en groupe. Impossible, donc, de savoir qui a pris telle ou telle photo.

Pour s’offrir le luxe de cette cohérence, ils travaillent beaucoup sur commande, essentiellement pour la communication et le corporate. Le collectif se consacre également à des sujets de fond : une salle de boxe en plein air (aujourd’hui disparue) sous l’échangeur de l’un des périphériques de São Paulo ; le quotidien, dans des tonalités sourdes et contrastées, de la Paulista, la grande avenue du poumon économique et financier de l’Amérique latine, avec ses éclats de verre et de métal et ses cols blancs en bras de chemise et attaché-case, seuls dans un univers glaçant. Prenant les clichés à contre-pied, les Cia de Foto peuvent dresser un portrait de leur mégapole sous la pluie, façon également d’évoquer les inondations qui persistent des semaines durant dans des quartiers mal drainés. Les thématiques traitées par Cia de Foto ont toujours trait à la condition humaine, à la fragilité, aux enjeux de l’image et de ses risques. Cette réflexion mise en pratique a abouti à une radicalité des sujets choisis et de la mise en forme. Ainsi de deux montages vidéo, exemplaires, qu’ils ont produits sur leur travail. L’un, consacré à la « favela verticale » d’un squat du centre historique de São Paulo, joue la lenteur, la subtilité, l’alternance de portraits beaux et dignes et de plans fixes qui s’animent doucement ; l’autre, leur « Boîte à chaussures », rassemble à un rythme effréné, joyeux et tendre, des centaines de photos de famille, avec une présence – bouleversante – de leurs jeunes enfants.
Dans la série présentée à Photoquai, le traitement du carnaval de Bahia – le plus noir, le plus photographié, le plus cliché aussi de tout le Brésil – dit tout de leur pratique. Ils ont simplement gardé cinq images de la foule, en extase, comme des peintures religieuses contemporaines à la lumière vibrante. On ne sait qui les a prises. Juste Cia de Foto.

Photo suivante