Photoquai

  • Envoyer à un ami
  • Bookmark and Share

Instituto Cultural de México

® Andrés Carretero Martínez, Phénotypes : Anïs Montemayor 1, 2007
® Andrés Carretero Martínez, Phénotypes : Anaïs Montemayor 1, 2007

Umbrales/Seuils

Six projets de photographie mexicaine contemporaine

Du 18/09/09 au 7/11/09
Commissaires : Alejandro Castellanos, directeur du Centro de la Imagen de Mexico, et Francisco Mata, photographe. 

D’un point de vue historique, il semblerait que tous les cent ans, depuis le début de la guerre d’indépendance de 1810, le Mexique passe par un processus de transformation de ses structures politiques et sociales. Il en fut ainsi avec la Révolution de 1910, tout comme aujourd’hui, alors que le pays passe par une période de transition qui a conduit ses artistes à adapter leurs discours à l’urgence d’une réalité changeante, identifiant ainsi un moment de métamorphose, un prélude à partir duquel peut se profiler l’émergence du XXIe siècle, ses perspectives et ses défis.

Dans ce contexte, l’exposition Umbrales/Seuils présente l’œuvre photographique d’un collectif (Sector Reforma, composé de Javier Cárdenas, Santino Escatel et Alejandro Fournier) et de cinq auteurs (Andrés Carretero, Livia Corona, José Luis Cuevas, Gerardo Montiel Klint et Oswaldo Ruiz), lauréats de la XIIIe Biennale de Photographie, organisée par le Centro de la Imagen en 2008-2009.

Dès ses débuts, en 1980, la Biennale de Photographie a fonctionné comme la plateforme la plus importante pour la consolidation de la carrière des lauréats dudit concours et a servi d’observatoire des tendances émergentes du milieu au Mexique. En ce sens, il convient de noter que le groupe d’auteurs présents dans Umbrales/Seuils représente clairement la plus récente génération d’artistes mexicains venant renouveler la manière de créer et de penser les images dans le pays. Aussi, Livia Corona, Gerardo Montiel Klint et Oswaldo Ruiz développent-ils des métaphores autour de la société mexicaine à partir de l’espace et de la mise en scène, tandis que Andrés Carretero, José Luis Cuevas et Sector Reforma analysent l’identité des minorités et les secteurs populaires urbains.

Chacun de ces artistes a pour dénominateur commun son indépendance par rapport à ses pairs. Formés professionnellement dans différents processus et pays, et habitants de diverses villes (Monterrey, Guadalajara, México et New York), ils nous montrent la diversité et les nuances qui caractérisent le Mexique contemporain, mais surtout la manière dont est renouvelée la riche tradition créative de la photographie mexicaine.

L’exposition est proposée par Francisco Mata, photographe, et Alejandro Castellanos, directeur du Centro de la Imagen de Mexico, pour le Mexique. Ce dernier est également commissaire Photoquai associé pour le Mexique.

site de l'Instituto Cultural de México