Photoquai

  • Envoyer à un ami
  • Bookmark and Share

Maison de la culture du Japon à Paris

© Takeshi Dodo, Rishiritô Hokkaidô, 2003
© Takeshi Dodo, Rishiritô Hokkaidô, 2003

Voyages

Regards de photographes japonais sur le monde

De 14/10/09 au 23/01/10
Commissaire : Satomi FUJIMURA, Curator, Tokyo Metropolitan Museum of Photography

Coorganisée par le Tokyo Metropolitan Museum of Photography et la Fondation du Japon, cette exposition présente les regards sur le voyage de cinq photographes et d’un vidéaste japonais : des visions subjectives et diverses de l’archipel nippon et d’autres pays, des scènes urbaines et des paysages lointains ou même imaginaires.

Six artistes japonais, six conceptions du voyage.

Kôji Onaka photographie ses « errances » dans l’archipel nippon qu’il sillonne tel un vagabond. Plus qu’un simple journal de voyage, ses images nous entraînent dans un Japon du quotidien appelé à disparaître.

Toshiya Momose affectionne les grandes métropoles : New York, Tôkyô, Istanbul, Shanghai… De l’Inde surpeuplée, il nous propose comme à son habitude des paysages urbains étrangement vides qui, paradoxalement, suggèrent d’autant mieux la présence de ses habitants.

Photographe reconnu, aventurier de l’extrême et alpiniste émérite, Naoki Ishikawa nous montre le mont Fuji tel que nous ne l’avions jamais vu. Ses photographies prises lors de l’ascension du volcan nous dévoilent un univers minéral âpre et parfois dangereux, loin des clichés de cartes postales de ce symbole du Japon.

Des terres enneigées d’une île au nord du Hokkaidô aux paysages subtropicaux de l’archipel d’Okinawa, le thème de l’insularité est au cœur du travail de Takeshi Dodo. Ses images témoignent de sa fascination pour ces territoires encore isolés malgré la modernisation, où présent et passé sont étroitement liés.

Sayuri Naitô a voulu photographier Lisbonne tel que le voient ses habitants. Mais de ces lieux qui pourraient nous sembler d’une grande banalité, elle sait révéler tout le charme, la beauté de la lumière, la douceur des atmosphères.

Enfin, ce sont des mondes imaginaires dans lesquels nous font voyager les œuvres de Hiraki Sawa, vidéaste de renommée internationale. Ses vidéos sont comme des coffres dont le trésor serait un monde mi-réel, mi-onirique…

Il est fort probable que ces voyages n’ont pas été des plus paisibles pour ces artistes exigeants. Mais leurs œuvres nous donnent envie de découvrir à notre tour des contrées inconnues, à regarder autrement notre planète.

site de la Maison de la culture du Japon