Photoquai

  • Envoyer à un ami
  • Bookmark and Share

Musée d'Art moderne

Apichatpong Weerasethakul Primitive
Apichatpong Weerasethakul Primitive, 2009. Courtesy Kick the Machine Films, Bangkok. Crédits : 2009 Kick the Machine Films. Photo: Chaisiri Jiwarangsan

Primitive

Apichatpong Weerasethakul

Du 01/10/09 au 03/01/10
Commissaire : Angéline Scherf

L’exposition présentée à l’ARC s’articule autour de Primitive, un projet qu’Apichatpong Weerasethakul, artiste et cinéaste thaïlandais, mène depuis un an en vue de son prochain long-métrage.

Imprégnées de références diverses, de la pensée bouddhiste à la culture populaire, des soap operas aux contes traditionnels, ses vidéos explorent la mémoire comme une matière fluctuante, non linéaire, sujette aux aléas des questionnements et du désir. Au-delà de leurs aspects purement artistiques et visuels, elles posent aussi un regard critique sur le système actuel de la
culture thaïlandaise.

L’exposition propose huit films courts tournés par l’artiste à Nabua. Village du nord-est de la Thaïlande, il fut occupé par l’armée thaïe entre 1960 et 1980 pour contrôler les insurgés communistes.

Inspiré du livre A Man Who Can Recall His Past Lives racontant l’histoire d’un homme appelé Boonmee qui se souvient de ses vies antérieures, Primitive est une exploration de ce lieu, de ses fantômes et de ses mythes. Divers tableaux relatent les activités des adolescents du village impliqués dans des scénarios semi fictionnels : la construction d’un vaisseau spatial en bois, un match de football avec un ballon en feu... L’artiste réalise ainsi le portrait d’une jeunesse inaltérable, aujourd’hui affranchie de son passé.

Comme dans ses longs métrages, la nature, idyllique et menaçante, est au centre de l’oeuvre. La narration passe au second plan, au profit d’une immersion dans un paysage énigmatique, irréel, où les frontières se dissipent. Tourné dans une région d’Asie où la vie des habitants est dominée par les croyances animistes et la réincarnation, Primitive célèbre les forces destructives de la nature appelées à renaître et à se transformer.

L’installation sera associée à des photographies réalisées durant le séjour de l’artiste à Nabua ainsi qu’à une oeuvre inédite intitulée Phantoms of Nabua.

 

Apichatpong Weerasethakul
Né à Bangkok en 1970, Apichatpong Weerasethakul vit et travaille à Bangkok et à Chiangmai, en Thaïlande. Fils de médecins, Apichatpong a passé son enfance à Konkaen, au nord-est de la Thaïlande. Il a obtenu une licence d’architecture à l’université de Konkaen et un master de cinéma à l’Institut des Arts de Chicago en 1994.
Il réalise des courts-métrages dès 1994 et un premier long métrage en 2000 (Mysterious Object at Noon). En 1999, il crée Kick the Machine, une entreprise de production et de promotion de vidéos et de films indépendants. Ses projets artistiques lui ont valu une large reconnaissance internationale et de nombreuses récompenses, notamment au festival de Cannes (prix du jury en 2004 pour Tropical Malady).

site du musée d'Art Moderne